Allez-vous vibrer ?!

Par Maxime Le Guern et Anne Rittié Burkhard

Vous aussi, vous avez un Novafon (anciennement nostrafon) dans votre placard et vous demander à quoi il peut vous servir ?

Maxime est orthophoniste en Moselle, nous nous sommes rencontrés lors d’une formation Parkinson à Mulhouse et il s’est alors montré plus qu’enthousiaste vis-à-vis de cet appareil que finalement j’utilise peu. Je lui ai alors expliqué que j’étais sur la réserve, ne comprenant pas vraiment le principe sous-jacent.

Nous avons donc décidé d’unir nos neurones pour partager avec vous une synthèse de deux articles que nous avons dénichés.

Le premier article a pour titre “Preliminary study of Novafon local vibration voice therapy for dysphonia treatment”.  Il a été rédigé par Ben Barsties v. Latoszek, chercheur à Anvers en Belgique. Il est paru dans la revue LOGOPEDICS PHONIATRICS VOCOLOGY en 2018.

Il traite de l’utilisation de la vibration laryngée externe par Novafon lors du traitement de la dysphonie.

D’après l’auteur, les troubles de la voix/dysphonie touchent environ 6% de la population mondiale. Ces derniers sont plus présents chez les femmes que chez les hommes, et on les retrouve pour 85% d’entre eux en zone urbaine.

De nombreuses méthodes sont d’ores et déjà été utilisées par les orthophonistes dans leurs prises en charge, mais l’une d’elles n’a pas encore d’effets reconnus et objectivés. Il s’agit de la stimulation par massages vibratoires non invasifs à 100 Hz grâce à l’appareil Novafon, proposés durant la réalisation d’exercices vocaux. Les vibrations externes permettent de stimuler les neurones sensoriels sensibles aux déformations mécaniques (ou mécanorécepteurs) et notamment les corpuscules de Pacinian, qui sont les terminaisons nerveuses sensibles à la vibration et à la pression présentes sous la peau.

Dans son étude, Barsties v. Latoszek propose de tester cette méthode auprès de 11 personnes présentant des troubles de la voix avec une lésion cordale bénigne ou une immobilité laryngée ou encore un trouble non organique. Aucun de ces patients n’a bénéficié d’un suivi préalablement à ce protocole créé spécifiquement pour cette étude, le Novafon Local Vibration Voice Therapy (NLVVT).

La prise en charge proposée par l’auteur est la suivante : chaque patient a bénéficié d’une séance hebdomadaire de 45 minutes durant cinq semaines. L’article précise le contenu des cinq séances qui ont été proposées aux patients.

Chaque séance comprend des exercices vocaux accompagnés d’une stimulation vibratoire, la tête de Novafon étant appliquée sur les lames du cartilage thyroïde. Il est à noté que pendant la phonation, on entend un bruit parasite qui permet de s’assurer que les cordes vocales sont bien stimulées passivement par les ondes vibratoires.

Enfin, en plus de ces séances, les patients doivent réaliser des exercices à domicile, avec leur propre Novafon, à raison de 10 minutes, deux fois par jour.

Les effets de cette thérapie ont été mesurés avant et après la thérapie selon des critères :

  • Mesure des paramètres acoustiques de la voix
    • Etude du spectrogramme de la voix sur un [a] tenu 3 secondes (selon Sprecher et coll).
    • Analyse acoustique par le Voice Profiler® sur un [a] tenu pendant 2 secondes, mesure de l’étendue de fréquence et d’intensité vocales
  • Analyse multiparamétrique
    • Acoustic Voice Quality Index (AVQI) (6 facteurs permettant de quantifier la qualité globable de la voix dans la parole continue à partir du logiciel PRAAT)
    • Dysphonia Severity Index : temps phonatoire maximum,jitter, fréquence vocale maximale et intensité vocale minimale (Hakkesteegt)
  • Mesures aérodynamiques
    • Quotient Phonatoire : rapport entre la Capacité Respiratoire Vitale (mesurée avec un spiromètre) et le temps phonatoire maximal
  • Echelle d’auto-évaluation
    • Voice Handicap Index

Les résultats obtenus sont les suivants :

  • Au niveau acoustique
    • Amélioration significative de la qualité vocale
    • Amélioration des deux paramètres importants pour le Vocal Range Profile : augmentation de la gamme de fréquence et gamme d’intensité
  • Au niveau multiparamétrique
    • AVQI : Amélioration significative chez les patients
  • Au niveau aérodynamique
    • Peu d’amélioration notable
  • Pour l’auto-évaluation
    • Amélioration significative de tous les paramètres, qui passent de pathologiques à normaux.

On remarque donc grâce à cette méthode une amélioration significative, qualifiée par les auteurs de « moyenne à forte » en fonction des paramètres.

Barsties v Latoszek émet l’hypothèse que le Novafon, qui stimule les tissus jusqu’à 6 centimètres de profondeur, permettrait d’agir sur la circulation sanguine, le métabolisme et la régulation de la tension musculaire. Ce dernier facteur a d’ailleurs déjà fait ses preuves, notamment dans le cadre des massages laryngés.

De plus, Novafon permet une adaptation et une individualisation de la prise en charge grâce à la variabilité de son placement sur le larynx, qui permet de cibler précisément les difficultés du patient.

Le NLVVT (Novafon Local Vibration Voice Therapy) présenterait également plusieurs avantages selon l’auteur : des effets significatifs sont objectivables dès trois à cinq semaines de prise en charge tandis qu’on décrit généralement la durée moyenne de rééducation vocale à 9,25 semaines. Le fait qu’il n’y ait qu’une seule séance par semaine est également un facteur intéressant, puisqu’il limite les risques d’abandon par le patient.

Néanmoins, d’après l’auteur, cette étude reste préliminaire car elle présente plusieurs limites :  l’impossibilité de généraliser les résultats liés à l’hétérogénéité du groupe testé (sémiologie et sévérité des troubles, genre des participants), l’absence d’un groupe témoin permettant la comparaison des résultats, l’absence de suivi post-traitement, l’absence d’évaluation instrumentale et enfin le fait qu’aucun auditeur expert n’ait pu évaluer plus précisément encore les améliorations obtenues.

L’auteur conclut que bien que d’autres études soient nécessaires pour en affiner les effets, la prise en charge de la dysphonie par l’application d’ondes vibratoires sur le larynx, et notamment sur le cartilage thyroïde est un complément très intéressant à la prise en charge plus traditionnelle. En effet, elle permet d’obtenir des résultats significatifs de façon relativement rapide avec une durée de prise en charge hebdomadaire limitée.

Pour aller plus loin, Barsties v Latoszek a conduit une étude, publiée en mai 2018 dans laquelle il compare les effets de deux thérapies. Un groupe de 11 personnes dysphoniques a reçu une prise en charge basée sur l’association d’ondes vibratoires et d’exercices phonatoires (protocole NLVVT) ; un autre groupe de 11 patients dysphoniques, appelé groupe contrôle, s’est vu proposé le protocole NLVVT sans les ondes vibratoires (exercices vocaux uniquement).

L’évaluation a été réalisée selon les mêmes paramètres et modalités que dans l’étude précédente : acoustiques, multiparamétriques, aérodynamiques et par une auto-évaluation. De plus, la sélection des patients suit les mêmes critères.  

A l’issue de l’étude, si les deux groupes ont montré une amélioration globale similaire, le groupe ayant bénéficié des exercices vocaux couplés aux ondes vibratoires a obtenu significativement des spectrogrammes de meilleure qualité et une amélioration de l’AVQI.

De plus amples recherches, avec des groupes plus homogènes au niveau de leur pathologie vocale, seraient pertinentes mais on peut déjà dire que l’utilisation des ondes vibratoires apporterait un plus à nos outils de rééducation phoniatrique classique. 

Maxime avait donc raison : CQFD !!!

Les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêt.

Attention avant d’utiliser un Novafon, il convient de se renseigner sur les contre-indications telles que définies par le fabriquant sur le mode d’emploi ou sur son site.

Pour aller plus loin : https://pepite-depot.univ-lille2.fr/nuxeo/site/esupversions/a1fed137-6bdb-4d55-99a5-3b746120f29e

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :